Nos Enfants

Victor

Prise en charge médicale et ravitaillement

Victor vit avec sa mère et sa sœur. La maman de Victor est enseignante volontaire en SVT mais ne travaille pas depuis la crise sanitaire. Victor s’alimente encore principalement au lait maternel. La maman n’ayant pas les moyens financiers pour acheter des vivres pour sa famille, elle paye les aliments à crédit et peine à les rembourser. Victor ne maîtrise pas encore la position assise. Il souffre d’un gros retard psychomoteur et la tonicité de ses membres inférieurs est limitée.

Jean & Jeanne

Prise en charge d’une dénutrition

La maman de Jean et Jeanne est décédée en couche à la suite d’une anémie très sévère. La sœur du papa ainsi qu’une de ses amies ont décidé de prendre le relais et de s’occuper des enfants. Les jumeaux sont nés avec des petits poids et ont tous les deux perdu du poids depuis leur naissance. Au début de la prise en charge, à 9 jours de vie, Jean pesait 1,9 kg et Jeanne 2,03 kg. Nous les soutenons aujourd’hui à travers le don de lait artificiel et un suivi régulier au centre Graines d’Espoir.

Kékéli

Prise en charge médicale

Kékéli souffre de drépanocytose. Il s’agit d’une maladie génétique chronique incurable, touchant les globules rouges. C’est Evrard, notre infirmier référent, qui nous a référé Kékéli, car sa famille a peu de moyens. Toutes leurs économies sont parties dans les soins médicaux. En effet, elle doit très souvent bénéficier de transfusions sanguines. Elle est également sujette aux infections et a une grande fragilité. Nous avons décidé de lui venir en aide en finançant les prises en charge médicales.

Amandine

Prise en charge d’une dénutrition

À cinq semaines, Amandine pesait 2,63 kg. Sa maman était atteinte de drépanocytose et nous a quittés une semaine après l’accouchement, en raison des suites opératoires de sa césarienne. Amandine vit avec son père et sa grand-mère, qui ont des ressources limitées. Nous lui venons en aide à travers le don de lait artificiel et un suivi régulier au centre.

Mariette & Moïse

Soutien à la scolarité

Les parents de Mariette et Moïse les ont laissés alors qu’ils n’avaient que 3 et 7 ans. Une tante a accepté de les héberger, mais elle ne dispose pas assez de moyens financiers pour subvenir à leurs besoins. Depuis quelque temps, elle ne peut plus exercer son commerce (vente d’akpan) à cause de fortes douleurs de hanche. Nous les soutenons aujourd’hui en leur donnant accès aux soins médicaux, en aidant la tante à reprendre son commerce et en permettant aux enfants de continuer leur scolarité.

Maxim

Prise en charge d’une dénutrition

Maxim vit avec sa maman qui est couturière. Il a également deux grandes sœurs, de 6 ans et 3 ans. Depuis la naissance, la maman ne produit pas assez de lait pour nourrir son fils et n’a pas les moyens de se procurer du lait artificiel. Lorsque nous avons rencontré Maxim, à plus de trois mois, il pesait seulement 2,14 kg, indiquant une grave dénutrition. Nous leur venons en aide aujourd’hui à travers un suivi régulier au centre et le don de lait artificiel.

Eya

Prévenir le risque d’une dénutrition

La maman d’Eya est décédée lors de l’accouchement à l’hôpital. C’est la grand-mère paternelle ainsi que l’oncle qui l’ont accueillie chez eux. Suite à la naissance, la grand-mère a dû demander de l’aide à son entourage afin qu’Eya puisse survivre. Une femme a alors accepté de l’allaiter pendant les premiers jours. Lorsque nous l’avons rencontrée, à cinq jours, Eya pesait 2,19 kg. Nous soutenons aujourd’hui la famille à travers le don de boîtes de lait artificiel.

Kokou Israël

Dénutrition sévère

Kokou Israël vit avec ses deux parents. Sa maman était revendeuse, mais elle est actuellement sans emploi. Son papa est employé d’une usine de fabrication de sacs plastiques bio. À ses premiers jours de vie, Kokou a été admis au CHR de Tsévié pour une infection néonatale. Depuis sa naissance, sa maman ne produit pas assez de lait pour l’allaiter, et il se trouve en situation de dénutrition sévère. En effet, lorsque nous l’avons rencontré, à 9 mois, il pesait 4,6 kg.

Kodjo

Prise en charge d’une dénutrition

C’est malheureusement une situation triste qui nous a amenés à rencontrer Kodjo. En effet, sa maman nous a quittés trois mois après l’accouchement. Kodjo est arrivé au centre, accompagné par ses deux tantes. Le père n’étant pas présent, ce sont elles qui prennent soin de lui au sein de la maison familiale. Kodjo est atteint de dénutrition modérée. Lorsque nous l’avons rencontré, à 4 mois, il pesait 4,13 kg. Nous le soutenons aujourd’hui à travers le don de lait artificiel et une prise en charge au sein de notre centre.

Afi

Prise en charge d’une dénutrition

Lorsque nous avons rencontré Afi, à 6 semaines, nous avons été alarmés par son état de maigreur et par son poids, qui était le même qu’à sa naissance (2,3 kg). La maman ne pouvant pas s’alimenter correctement, elle a peu de lait maternel, et Afi a du mal à téter. Elle s’essouffle très rapidement. Nous la soutenons aujourd’hui à travers le don de lait artificiel et une prise en charge médicale au sein de notre centre.

Justin & Justine

Prévention du risque de dénutrition

Justin et Justine sont des jumeaux nés prématurément à 36 SA. À la naissance, Justin pesait 1,96 kg et Justine 2,3 kg. La maman est malheureusement décédée des suites de l’accouchement et le papa a peu de revenus pour subvenir aux besoins des enfants. Nous les soutenons aujourd’hui à travers le don de lait artificiel et une prise en charge médicale au sein de notre centre.

Kokou

Prise en charge onco-pédiatrique

Depuis février, nous finançons l’hospitalisation de Kokou dans l’unité de cancérologie pédiatrique du CHU de Lomé. Kokou souffre en effet d’un probable rhabdomyosarcome, un cancer des tissus musculaires, qui se développe surtout chez les jeunes enfants. Nous attendons actuellement la confirmation du diagnostic final, une biopsie n’ayant pas été possible du fait de la localisation du cancer juste derrière l’œil.

Viviane

Problèmes respiratoires et dénutrition

Depuis la naissance, Viviane souffre de problèmes respiratoires et de difficultés de déglutition. Elle se trouve en situation de dénutrition sévère (5,7 kg à l’âge de 14 mois). À ce jour, elle ne peut boire que des liquides et n’arrive pas à manger du solide. Elle présente un important retard psychomoteur et a des malformations à ses deux pieds (pieds talus valgus). Elle a également une hernie ombilicale imposante.

Grâce

Dénutrition sévère

Au début de la prise en charge, à 5 semaines, Grâce pesait 2,76 kg. À l’examen, nous constations sa maigreur extrême et son état de déshydratation apparente, marqué par sa peau toute sèche et ridée, et ses cheveux ternes et crépus. En effet, la petite fille n’arrive pas à téter correctement au sein. Aujourd’hui, nous soutenons Grâce à travers le don de lait artificiel, et un suivi régulier au sein de notre centre, afin qu’elle puisse sortir de son état de dénutrition.

Mawuli

Dénutrition sévère

Mawuli souffre aujourd’hui d’un retard psychomoteur important. En effet, il ne tient pas bien sa tête, ne tient pas assis et ne marche pas. Ceci est dû à son état de dénutrition sévère. Afin de soutenir Mawuli et sa famille, nous finançons aujourd’hui un ravitaillement alimentaire mensuel. Dans le même temps, nous aidons la maman à monter son propre commerce en le finançant, afin qu’elle puisse devenir autonome pour subvenir aux besoins de sa famille.

Hope

Prise en charge d’une déficience visuelle

Hope souffre d’un œdème et d’une hydrocéphalie cérébrale. Une opération chirurgicale par drainage semblait être indiquée pour éviter des risques de déficiences intellectuelles et motrices, conséquences de l’hydrocéphalie. Or, celle-ci nous a été déconseillée. L’oedème cérébral est en effet stable et la conséquence majeure, qui est la cécité de Hope, est malheureusement déjà irréversible. Nous lui donnons aujourd’hui accès à des cours de Braille, afin qu’elle puisse bénéficier d’une éducation adaptée à son handicap. 

Debora

Traitement contre l’épilepsie

Debora est issue d’une fratrie de 3, et vit avec ses deux parents. Elle a été diagnostiquée épileptique en 2019. Depuis toute petite, elle fait ce qu’on appelle des “crises”, avec perte de connaissance, hypothermie, sueurs, émission d’urines et révulsion des yeux. Aujourd’hui, elle suit un traitement appelé “Lamictal”. La famille n’ayant pas assez de revenus, nous finançons son traitement et les examens liés à sa pathologie.

Akou

Prise en charge d’une dénutrition extrême 

Akou a souffert à sa naissance d’une infection néonatale. Lors de la prise en charge en avril 2020, soit à 13 mois, elle pesait 4,5 kg et mesurait 62 cm, ce qui la place en situation de dénutrition extrême. Avant qu’elle soit reçue par Brigitte, notre sage-femme référente, sa mère l’allaitait et lui donnait de la bouillie achetée au bord de la route, mais cela n’était pas suffisant pour la petite Akou.

Ami

Prise en charge d’une dénutrition extrême

Notre petite Ami est née d’une maman alcoolique, avec un poids de naissance de 2 kg. Son retard de croissance intra-utérin a été causé par l’alcoolisation pendant la grossesse. Sa maman n’ayant pas suffisamment de lait maternel, elle a complémenté avec de la bouillie qu’elle fabriquait elle-même avec de l’eau chaude et des biscuits écrasés. Ceci n’était pas du tout adapté à ses besoins nutritionnels.

Geremie

Ravitaillement mensuel et cours de Braille 

La mère de Geremie est seule pour s’occuper de ses quatre enfants. Elle cultive une petite parcelle de terrain pour pouvoir survivre, mais cela n’est pas suffisant pour subvenir à leurs besoins. Geremie et son frère Emmanuel sont atteints de glaucome congénital depuis la naissance et sont tous les deux malvoyants. Nous leur donnons accès à des cours de Braille afin de leur assurer une éducation adaptée à leur handicap.

Emmanuel

Ravitaillement mensuel et cours de Braille 

La mère d’Emmanuel est seule pour s’occuper de ses quatre enfants. Elle cultive une petite parcelle de terrain pour pouvoir survivre, mais cela n’est pas suffisant pour subvenir à leurs besoins. Emmanuel et son frère Geremie sont atteints de glaucome congénital depuis la naissance et sont tous les deux malvoyants. Nous leur donnons accès à des cours de Braille afin de leur assurer une éducation adaptée à leur handicap.

Deux options pour soutenir les enfants

Parrainage Mensuel 

Votre soutien mensuel nous permet de planifier sur le long terme et d’agir rapidement en cas de situation d’urgence. Vous recevez des nouvelles régulières des enfants, ainsi que du centre dans sa globalité (rapports écrits, photos et vidéos). Dans le cas où vous souhaiteriez vous joindre à notre équipe lors d’un séjour de volontariat au centre Graines d’Espoir, nous serons ravis de vous présenter les enfants.

Don Ponctuel

Efficace et directement disponible pour nos équipes, votre don ponctuel contribue à financer l’ensemble de nos activités. Grâce à votre générosité, nous pouvons sauver des vies, redonner de l’espoir et changer l’avenir des enfants.

Contactez-nous

70A Impasse de l’Amiradou
83190 Ollioules

+33 6 49 81 06 70

+33 6 61 73 08 64

(English contact)